Les symptômes de la cyclothymie chez l’enfant

Le trouble de l’humeur, la cyclothymie, est marquée par des changements forts de : l’humeur, de l’énergie, de la pensée et du comportement. Ces dérèglements sont sous-tendus par une mauvaise gestion du stress et des émotions.

Variation de l’humeur de la cyclothymie

Selon le graphique, l’humeur change vers le haut, puis tombe vers la dépression, pour revenir à une humeur normale et remonter. Une personne adulte expérimente quelques cycles par an, mais pour un enfant ça peut se passer en une seule journée.

Les symptômes en hypomanie (up) :

En phase maniaque (hypomaniaque, up…) leur degré d’énergie augmente, le sommeil diminue, ils semblent montés sur ressort, infatigables! Souvent ils parlent fort, sans cesse. Ils envahissent l’espace sonore. Ils deviennent les champions de l’argumentation sans fin. Ils sont déconcentrés, vont très (trop) vite, alors qu’en down, il faut 2 fois plus de temps pour faire les choses.
Leur pensée est si rapide qu’ils trouvent les autres lents, ils s’impatientent. Ils se sentent les rois du monde et le font savoir.
Leur comportement est agité. Si on les contredit cela vire à l’affrontement qui peut dégénérer parfois en colères violentes.
Ils peuvent également expérimenter des hallucinations visuelles, auditives, olfactives, tactiles et cela leur fait très peur.

« Je m’énerve pour un rien. Alors les autres ne veulent plus jouer avec moi. Mais c’est pas de ma faute, quand ça monte c’est foutu, je n’arrive pas à me calmer» Brandon.

Les symptômes en dépression ( down ) :

Quand l’humeur bascule dans le versant dépressif (dépression, down) leur énergie décroit, ils ont besoin de plus de sommeil. Ils peuvent pleurer pour un petit motif, parfois même sans raison aucune. Ils n’ont plus de motivation.
Leur pensée est au ralenti, il leur faut du temps supplémentaire pour faire des choses habituelles. Leur estime de soi est en berne, ils se sentent nuls, au point de ne pas accorder d’importance à leur sécurité.
Mais le point le plus dangereux ce sont les idées de mort, que la vie ne vaut pas la peine. Il est crucial qu’ils puissent être aidés dans ces moments.

«A l’école quand je suis déprimé, je pleure parfois, je n’arrive pas à me concentrer et ça fout la honte devant les autres. Quand je me sens mieux je peux revenir en classe.» Brandon.

Ils expérimentent souvent des états mixtes

Ce sont des états ou les symptômes de la dépression cohabitent avec des symptômes de l’hypomanie en même temps. Ils sont alors très irritables, prêts à exploser. Les enfants sont la plupart du temps mixtes.

Pour en savoir plus : Les symptômes de l’hypomanieles symptômes de la dépression et les états mixtes


Quelques remarques fréquentes

Tout le monde est un peu cyclothymique !
C’est normal chez un enfant que les humeurs fluctuent plus, qu’ils gèrent mal leurs émotions, cela ne veut pas dire qu’il est bipolaire !

Il est normal d’avoir des humeurs qui fluctuent en s’adaptant aux situations.
Il est normal que chez l’enfant ce soit moins bien géré que chez l’adulte.

La cyclothymie se situe dans un registre de variations intempestivesintenses et récurrentes.

INTENSE :
Il est normal de déprimer suite à un deuil, d’être content et joyeux à la fête d’anniversaire d’un copain.
Il est normal pour un enfant, d’être vraiment triste quand son hamster meurt, et d’être excité quand on ouvre les cadeaux de noël.
Mais c’est anormal quand la déprime dure, revient régulièrement au point qu’un enfant exprime le fait que la vie ne vaut pas la peine, se fasse du mal par désespoir.
Mais il est anormal d’être tellement excité à une fête que les camarades cessent de jouer inquiets et dérangés pour observer son comportement excessif.

INTEMPESTIF :
Il est anormal qu’à 7 ou 8 ans, les crises de colères perturbent sans cesse la vie familiale et soient déclenchées par un simple ordre classique : “il est l’heure d’éteindre la télé” et ce systématiquement.
Il est anormal que les parents finissent par renoncer à une activité par peur qu’une “crise” se déclenche et gâche l’activité.
Dans certains cas, on ne parle plus de colère mais de rage qui conduit l’enfant a une agressivité incontrolable qui fait peur aux parents, qui fait peur à l’enfant et qui le conduit à agresser la personne en qui il a le plus confiance et à tout casser autours de lui, cette rage se déclenche sur un “rien”.

RECURENT :
Il y a des périodes d’accalmie ou l’enfant a parfaitement intégré les règles, l’autorité, puis cela rebascule régulièrement. Probablement que si vous lisez ces lignes, c’est que votre enfant n’en est pas à sa première manifestation.
Probablement que vous avez essayé de changer votre éducation. Le problème, malgré vos efforts, les spécialistes consultés reste entier, ou s’est à peine amélioré.

=> FICHE PARENT : Normalité : http://www.bicycle-asso.org/parent/Normalite.php

Pour certains ce sera chronique, la crise est déclenché par des situations x ou y et que le patient vie régulièrement.
Pour d’autres la grosse crise se déclenche de manière cyclique à l’automne par exemple.
Pour d’autre les fluctuations sont tout au long de la journée, sans répits, avec des périodes de pics plus intenses.

Mon enfant n’a pas tous les symptômes, est-il vraiment cyclothymique?

Il faut un nombre significatif de symptômes ( http://www.bicycle-asso.org/cyclothymie/Diagnostic-cyclothymie.php )
ou bien quelques symptômes clés :

  • humeurs variables
  • histoire de bipolarité familiale,
  • virage de l’humeur avec un stimulant ou antidépresseurs.

Mais aussi :

  • Hypersexualisation (typiquement bipolaire)
  • Logorhée et argumentation sans fin (typiquement bipolaire)
  • Mauvaise reconnaissance faciale des émotions : un visage neutre sera interprété comme “pas content”
  • Une triade : Irritabilité+trouble du sommeil+histoire familiale de trouble de l’humeur

Les filles auraient tendance à être plutôt down avec des accès up
Les garçons auraient tendance à être plutôt up avec des accès down.

Il n’est pas aisé de décrypter chaque symptôme, d’autant que l’enfant est souvent aux frontières des choses, mais laissez-vous le temps de voir l’évolution.
Cela fait combien d’années que vous affrontez les problèmes de votre enfant…
Donnez-vous quelques mois de plus.

Ca lui passera avec la maturité

Nous aimerions tellement que ce soit vrai. S’il est vrai que la maturité peut amener des périodes de répits plus grandes (intervalles libres), s’il est vrai que la bipolarité est déroutante car elle contient des moments de “normalité absolue”, bien peu de chose en réalité vient étayer cette thèse.

Le retard diagnostic en France reste entre 8 et 10 ans en 2011.
Les témoignages des bipolaires, les rapports de l’INSERM, les études françaises, américaines, suisses… vont hélas dans le sens que les symptômes de l’enfant sont précurseurs et qu’à l’âge adulte cela s’intensifie (en période de crise).

 

EN SAVOIR PLUS ?

Chez un enfant une phase dure peu et les phases successives peuvent s’enchaîner en quelques heures. C’est la récurence des problèmes, l’histoire familiale avec présence de trouble de l’humeur, qui doivent mettre la puce à l’oreille pour poser un diagnostic.

Les symptômes les plus fréquents sont : l’hyperactivité et l’iritabilité ainsi que l’intolérence.

…/…L’irritabilité doit être chronique, non épisodique et sévère, et l’agressivité excessive. …/…
L’agressivité constitue donc une caractéristique habituelle du TB, spécialement chez les enfants et adolescents. Hans Steiner a démontré que les adolescents atteints de troubles de l’humeur présentent une agressivité de type affectif, réactif et défensif, non pas de manière intermittente, mais très souvent sous forme d’escalade…./… http://revue.medhyg.ch/article.php3?sid=32068

Liens :

Forums et sites sur la cyclothymie et la bipolarité

CTAH
TROUBLES-BIPOLAIRES
ARGOS2001

Hopital Rivière des Prairies – Canada
Fondation les petits trésors

En anglais :
BPCHILDREN
LIFE WITH A BIPOLAR CHILD
THE BALANCE MIND FOUNDATION

Bibliographie :

“Cyclothymie – Troubles bipolaires des enfants et adolescents au quotidien”
Dr Elie Hantouche et Barbara Houyvet – Ed J LYON

“Vivre avec avec un maniaco-depressif”
Dr Christian Gay – Ed Hachette Littérature

“Des Hauts et des Bas – Bien vivre sa cyclothymie”
Dr Nicolas Duchesne – Ed Odile Jacob.

Sources :

  • DSM IV
  • “CYCLOTHYMIE, Troubles bipolaires des enfants et adolescents au quotidien” Dr Elie Hantouche et Barbara Houyvet – Ed J LYON
  • http://www.bpkids.org/learn/library/about-pediatric-bipolar-disorder
  • http://www.bpchildren.org/BPChildrenParent.html
  • Conférence Jacques Bouchez – Journée Hypersuper Mars2010 – Les troubles de l’humeur bipolaire.
  • Article ScienceDirect – revue neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence 54 (2006) 217-227 – Traitement des troubles bipolaire de type 1 chez l’enfant et l’adolescent – A consoli, E Deniau, C Huyhn,P Mazet, D cohen.
  • ParentsMedGuide.org – guide de l’AACAP
  • French-cbq : Questionnaire du Dr Demetri Papolos, Traduction Dr Frédéric Kochman et Mme Rosenberg.
  • Kochman F, Ferrari P, Hantouche EG, et al. Les troubles bipolaires chez l’adolescent. In : Ferrari P et al
  • Troubles bipolaires Livret reservé aux médecins – Dr Kochman- Dr Meynard- Edité par Sanofi 2004
  • http://revue.medhyg.ch/article.php3?sid=32068 – Diagnostic precoce du trouble bipolaire chez l’enfant et l’adolescent – Art Marcia et Bryois – Revue médicval suisse N13 – publiée le 30/05/2007
  • Examining the Validity of Cyclothymic Disorder in a Youth Sample – Anna Van Meter, Eric A. Youngstrom, […], and Robert L. Findling 2011
  • Mood regulation in youth: research findings and clinical approaches to irritability and short-lived episodes of mania like symptoms – Eleanor Leigh, Patrick Smith, […], and Argyris Stringaris 2013